Service Communal

La mise en oeuvre des activités implique non seulement un principe de collaboration avec les villages concernés pour les réalisations d’ouvrages et les sensibilisations, mais plus globalement cela s’inscrit aussi par une collaboration avec les communes rurales.

N.B.:  à Madagascar le découpage administratif se décline comme tel : Régions > Districts > Communes (pilotées par des mairies) > Fokontanys > Villages.

Il est en effet indispensable d’appuyer les équipes communales :

1/ à avoir une meilleure vision d’ensemble de la situation EAH de leur commune :

  • quelle est la couverture en eau, l’accès aux latrines, l’état des ouvrages, les besoins en maintenance, quels sont les efforts mis en oeuvre par les gestionnaires (comités eau)…
  • quels sont les besoins et les priorités : où construire de nouveaux ouvrages, quels sont les comités à dynamiser…

2/ à savoir comment mettre en oeuvre des actions et des corrections :

  • de quelle manière (méthodologie)
  • par quels outils
  • comment (avec quelles équipes, comment financer cela…)

La réponse principale à ses questions est la mise en place d’un Service Technique de l’Eau, de l’Assainissement et de l’Hygiène (STEAH).

D’une part parce que le code de l’eau malgache (actuellement en cours de refonte) prévoit que les communes soient les maîtres d’ouvrages des infrastructures EAH (cf. contexte réglementaire).
Ce qui pour le moment, faute de capacités, n’est le cas pour aucune commune : le ministère exerce une maîtrise d’ouvrage déléguée (en attendant également la création des organismes régulateurs OREPA).

Mais aussi parce que le constat est fait qu’une gestion par les comités ou associations d’usagers seule n’est pas une garantie suffisante : il est effectivement  impératif d’avoir des gestionnaires compétents et bien formés, mais en plus de cela, l’expérience montre qu’il faut une personne externe pour les stimuler et les rappeler à leurs prérogatives. L’agent du STEAH est cette personne qui par le biais de visites régulières et de périodes de diagnostiques, contrôle que des mesures sont prises pour maintenir les ouvrages. Il apporte par ailleurs de par son expertise conseils, solutions et contacts aux comités.

Le schéma ci-dessous illustre le rôle clé et le lien que ce service permet entre les différents acteurs.

N.B. suivant les versions des documents on parle de SCE, SCEA et d’ACE, ACEA, ACEAH car c’est une approche qu’Inter Aide a mis en place de manière innovante pour un contexte de gestion communautaire et qu’elle s’étoffe au fur et à mesure – les composantes Assainissement et Hygiène sont par exemple des volets que ces services intègrent petit à petit, le temps de maîtriser progressivement chaque enjeu. Mais cette approche est en adéquation directe avec les lignes directrices nationales où le nouveau code de l’eau en préparation établit clairement l’existence de ces STEAH.

SCEA

Le document suivant reprend ce que sont les principes du Service Technique Communal de l’Eau et de l’Assainissement à ce jour et les missions de l’Agent Communal de l’Eau et de l’Assainissement. www.interaide.org/pratiques/sites/default/files/presentation_scea_madagascar_avril_2015.pdf

Ce chapitre « Service Communal » décrit de manière détaillée les composantes des activités liées à la maîtrise d’ouvrage, la gestion et la maintenance des ouvrages hydrauliques en zones rurales : quelle est la méthodologie, quels sont les outils, pour quels résultats, notamment au travers de quelques exemples,  et ce  :