Archives pour la catégorie Méthodo & Outils STEAH

Qu’est-ce qu’un STEAH ?

Le Service Technique de l’Eau, de l’Assainissement et de l’Hygiène constitue comme son nom l’indique, le personnel technique en charge de représenter l’équipe communale pour piloter les affaires liées :

  • au contrôle des gestionnaires des ouvrages et au suivi de l’état des infrastructures (ce qui implique aussi leur apporter appui-conseil),
  • au contrôle de la bonne utilisation de l’argent du service,
  • à la sensibilisation et l’information des usagers,
  • à la conservation des informations liées aux dossiers EAH,

L’ACEAH est l’agent de ce service, il est les yeux et les oreilles de l’équipe de la mairie et se fait le lien entre usagers <-> gestionnaires <-> équipe communale.

extrait memento STEAH

Extrait du mémento sur la gestion des infrastructures d’accès à l’eau à l’usage des équipes communales.

Par ailleurs, il apporte son soutien à la commune (et contribue lui-même) pour la coordination des activités et des acteurs du secteur EAH.
Il est également présent en amont pour l’accompagnement et le suivi lors de nouvelles réalisations.

Le diagnostic : l’outil principal de suivi des infrastructures et de leur gestionnaires

Pour avoir une vision d’ensemble des ouvrages il y a d’abord la photographie d’ensemble que constitue le Plan Communal de Développement et son volet EAH. C’est ce qui détermine les actions et la politique de la commune par rapport aux enjeux qui y sont identifiés. Il est normalement mis à jour tous les deux ans.

Mais pour ce faire, l’ACEAH doit déjà être en mesure de connaître l’état de l’ensemble du parc d’ouvrages de la commune. Ceci passe donc par des visites fréquentes et exhaustives. Mais avant tout, ces visites de diagnostic à échéance régulière sont surtout l’occasion  de remobiliser les comités, de les rappeler à leurs prérogatives, d’anticiper des actions à entreprendre pour éviter une dégradation des ouvrages.

Le diagnostic constitue l’élément externe déclencheur pour une prise de conscience.
Par un état des lieux complet que ce soit:

  • Franklin

    exemple de Francklin,voir plus loin

    au niveau de l’état de l’infrastructure en elle-même,

  • mais également au niveau de la façon dont cela est géré par l’association d’usagers (cohésion du comité, connaissance des tâches et compétences, transparence vis-à-vis des autres usagers…),
  • des moyens que le comité et les agents hydrauliques se donnent pour mettre en oeuvre des actions correctives (argent collecté, renouvellement des budgets annuels, stock d’outils et de pièces de rechange…),

l’ACEAH peut relever les choses qui sont à améliorer, apporter des conseils (quelle technique adoptée, quelle personne à contacter, combien cela va coûter, où se procurer telle pièce, etc…) et surtout établir des recommandations et un plan d’action.
Des contre-visites sont ensuite réalisées pour suivre la mise en oeuvre de ces recommandations.

Un outil-clé de l’ACEAH est son cahier de diagnostic qui lui permet d’une part de noter ses observations suivant une liste de rubriques et une check-list récurrente , et d’autre part d’y faire référence d’une visite à l’autre et suivre ainsi les évolutions.

principe cahier diag

principe du cahier à marge fixe et moitié de pages pour suivre les observations et recommandations d’une visite à l’autre

extrait cahier ACEAH

…et dans sa version terrain en malgache

Organisation du travail de l’ACEAH

Savoir mener un diagnostic est un prérequis essentiel, cela sous entend :

  • avoir les compétences techniques pour identifier les problèmes et proposer des solutions,
  • poser les bonnes questions,
  • établir un bon relationnel avec les comités pour collaborer avec eux, leur expliquer les choses, récolter les informations;
  • bien comprendre les relations entre parties impliquées et savoir dénouer des conflits éventuels.

Mais l’ACEAH doit également être en mesure de :

  • Planifier ses visites et les contre-visites pour vérifier la mise en application des recommendations,
  • Se souvenir d’une visite à l’autre des consignes laissées et être en mesure d’établir des priorités entre chaque situation, comités et problèmes identifiés, et ce afin :
    • de hiérarchiser ses visites de contrôle,
    • d’informer le reste de l’équipe communale et leur donner une vision d’ensemble synthétique,

      outils plan ACEAH

      exemples d’outils de l’ACEAH pour planifier ses visites et se rappeler des bilans des précédentes. De tels tableaux affichés dans le local STEAH permet aussi au reste de l’équipe communale de suivre les activités du STEAH et d’avoir une vision globale de la situation des ouvrages.

  • d’archiver et classer les informations et dossiers relatifs aux ouvrages, comités, contrats etc.
archivage

Le classement des dossiers ne doit pas être négligé par l’ACEAH pour qu’il puisse rapidement retrouvé des informations.

carto STEAH

Disposer d’une carte est aussi un moyen efficace pour visualiser la situation d’ensemble des ouvrages et planifier, organiser les visites.

Financer le STEAH

Le bon fonctionnement et la pérennité du Service entraînent des frais non négligeables :

  • La rémunération de l’ACEAH (salaire et indemnisation par missions)
  • l’équipement de l’ACEAH (outils, vélo et entretien, bottes et vêtements de travail)
  • les fournitures (papeterie, photocopies, etc.) et le mobilier du local
  • le budget pour l’organisation de réunions (atelier bilan communal, réflexions sur la politique de l’eau et de l’assainissement, etc.) : local, papeterie, déplacements, repas…
  • les frais d’ouverture du compte d’épargne au sein de l’organisme de micro-crédit (OTIV)

En plus de ces coûts majoritairement récurrents, il peut être décidé d’investir pour financer des réhabilitations ou l’extension des infrastructures.

Pour ce faire, les recettes dont peut disposer le SCEA sont les suivantes :

financement STEAH

Bilan des comptes et d’activités du STEAH

Tous les ans est organisé un atelier communal animé par l’ACEAH,  avec les représentants de la Commune, de la Mairie, des Fokontany concernés et des représentants des Comités Eau. C’est l’occasion pour les acteurs du STEAH de communiqueret de faire passer des informations. C’est également un moment  important pour réaliser en toute transparence un bilan et un état des lieux général de la situation de l’Eau et l’Assainissement et de l’Hygiène dans la Commune , ainsi que du fonctionnement du service  :

  1. Bilan sur le taux de desserte en eau potable / du fonctionnement des réseaux, puits / couverture en latrines ;
  2. Bilan sur les taux de recouvrement des budgets des comités / récapitulatif des comptes par comité ;
  3. Vulgarisation du code de l’Eau et des réglementations du secteur
  4. Synthèse annuelle des activités de l’ACEAH et du STEAH : conclusions des évaluations des comités, bilan des diagnostics et actions entreprises ;
  5. Bilan financier des dépenses et recettes du STEAH.
ACEA Ambohibe bilan

ACEAH de la commune d’Ambohibe commentant le bilan des finances des comités pour 2013

affiche bilan

exemple d’affiche utilisé lors d’un bilan communal à Ambohibe pour présenter la situation financière des comités d’usagers de la commune (s’en suit un bilan financier du STEAH).

Etablir un budget d’entretien des ouvrages hydrauliques

La nécessité de payer pour le service qu’est l’accès à l’eau devient concret pour les usagers quand ils se rendent compte des dépenses à mettre en oeuvre. C’est en ayant connaissance de la nature de ces dépenses et en étant capable de déterminer les montants que l’entretien peut représenter, leurs fréquences, qu’ils vont pouvoir mesurer l’investissement à engager.

Ainsi, les Agents Communaux de l’Eau, de l’Assainissement et de l’Hygiène – ACEAH – sont formés par les équipes d’Inter Aide à épauler les comités eau pour formuler chaque année leur budget de maintenance pour l’année prochaine.

photo ACEA budget

ACEAH de Mahambo, Pascal, récapitulant avec un comité eau les dépenses à prévoir pour l’année à venir.

Connaissant le nombre de cotisants, le montant total du Budget Annuel peut être ramené à un montant de cotisation à collecter.

 Ce budget annuel est constitué de rubriques intégrant:

  • Les dépenses pour l’équipement nécessaire à l’entretien (outils, consommables tel que savon…)
  • Les dépenses liées aux opérations d’entretien récurrentes (pièces à changer)
    • sur les différentes bornes fontaines
    • sur les parties communes : captage, réservoirs, autre ouvrages (boîtes de répartition)
      • Ces dépenses incluent les indemnités des réparateurs (agents hydrauliques notamment)
  • Les dépenses de fonctionnement du comité eau (stylos, papeterie, frais liés aux locaux, frais liés aux réunions – transports, repas…)
  • Une cotisation au Service Communal de l’EAH : part de la cotisation récurrente pour chaque village et contribuant au financement de la rémunération de l’ACEAH et autres frais de fonctionnement du service communal.

Les ACEAH sont équipés de formats et de posters pour illustrer ces dépenses et aider à l’estimation de ces budgets annuels (posters adaptés suivant les ouvrages : captages/bornes fontaines – en exemple ci-dessous – ou puits) voir lien vers ces outils ci-dessous.

format BA

Les montants moyens des BA pour un système avec 5 bornes fontaines sont d’environ 450 000 Ar (soit près de 110 euros), pour environ 1 000 usagers, ce qui représente une cotisation de près de 2 000 Ar (50 cents d’euros) par an, dont 500 Ar de cotisation au SCEA.

Voir article suivant pour comprendre quel mécanismes sont mis en oeuvre pour que le reste des usagers soient informés de l’utilisation qui est faite de leurs cotisations et que soit mis en place une communication transparente.

Comment les comités peuvent être transparent vis-à-vis des autres usagers des points d’eau par rapport aux cotisations collectées et l’utilisation de l’argent

A l’issu de l’exercice de planification budgétaire annuelle, le comité convie le reste de la communauté pour présenter :transparence 1

  • – les résultats des prévisions de dépenses,
  • – le montant qui a été décidé pour la cotisation des usagers pour l’année à venir,
  • – réexpliquer ce à quoi a été utilisé l’argent collecté l’année passée et justifier ces dépenses.

transparence 2L’ACEA est présent pour organiser et animer cette réunion.

C’est une des occasions où les usagers peuvent s’exprimer sur l’organisation de la gestion et donner leur point de vue.

L’ACEA peut arbitrer les discussions.

Mémento sur la gestion des infrastructures d’accès à l’eau à l’usage des équipes communales

A l’issu de l’atelier sur la maîtrise d’ouvrage communale organisé à Mahambo, un mémento a été rédigé par Inter Aide qui synthétise quels sont les rôles des équipes communales dans le Suivi-Contrôle des ouvrages et comment mettre en place des services techniques (STEAH) à même de faciliter le suivi et la bonne gestion des infrastructures hydrauliques et d’assainissement.

page de garde mémento STEAH 2

Sans caractère officiel et ne prétendant pas être exhaustif, il s’agit avant tout d’un recueil de
bonnes pratiques et de retours d’expériences. Organisé sous la forme de fiches pratiques, il
décrit les enjeux et tâches qui sont dévolues aux membres responsables de ces services et
recense les outils possibles pour effectuer ces tâches.

Memento_equipes_communales_gestion_infra_MOC_Vfinale
www.interaide.org/pratiques/sites/default/files/memento_equipes_communales_gestion_infra_moc_vfinale_0.pdf

Et sa version traduite en malgache (gasy)
www.interaide.org/pratiques/sites/default/files/memento_equipes_communales_gestion_infra_moc_vfinale_gasy.pdf

Le Plan Communal de Développement, chapitre EAH (ou PCDEAH)

Le Plan Communal de Développement et son chapitre Eau, Assainissement et Hygiène ou schéma directeur est un outil qui permet aux communautés de mieux connaître le parc d’ouvrages dans leurs zones mais aussi de planifier les actions.

Il s’agit d’un document qui présente :

  1. Le contexte global de la commune :
    • Données géographiques, démographiques, nombre de fokontanys et de villages, infrastructures existantes tel que écoles, centres de santé…
    • Acteurs présents dans le secteur de l’Eau et de l’Assainissement
    • Politique existante de la commune dans le secteur
  2. Une analyse détaillée de la situation concernant l’accès à l’eau et des conditions d’assainissement : couverture, besoins, type d’infrastructures et état des lieux…
  3. Les actions qui sont à entreprendre par rapport à cette situation et les priorités que se donne la commune lié à une planification pour la période à venir.

Un PCD-EAH, et notamment son plan d’action, doit être réactualisé tous les deux ans.

Pour les 6 premières communes avec lesquelles nous avons collaborées dans cet exercice, il a fallu compter 2 mois pour réaliser les PCD-EAH : entre les réunions préparatoires, les étapes d’enquêtes de terrain menées par les représentants des fokontanys (1 mois),  les réunions de restitution de ces enquêtes, les ateliers de réflexion pour établir les plans d’actions et la restitution finale à l’équipe communale et aux autorités concernées.

PCDEA

Présentation des cartes d’états des lieux par le Maire de la Commune Rurale de Vohilengo lors de la restitution finale du PCD-EAH (en présence de l’ACEAH, du chef de conseil, des chefs fokontany et du responsable du suivi-évaluation de la DREAH.

Le PCD-EAH se matérialise par :

  • un document complet en français
  • sa synthèse en malgache
  • des cartes d’état des lieux

Exemples de cartes réalisées

cartes Soanierana

Voir l’exemple du PCD-EAH de Soanierana Ivengo : PCDEA_Soanierana_SI  /  PCDEA_Soanierana_synth_Gasy  /  PCDEA_Soanierana_SI_Carte_A0_Gasy