Le contexte règlementaire

Madagascar est divisé en 22 régions, elles mêmes divisées en districts, puis communes (qui peuvent varier suivant les zones de 5 000 à 50 000 hbts) qui regroupent les villages (ou fokontany).

En ce qui concerne les questions liées à l’eau, l’hygiène et l’assainissement, l’interlocuteur institutionnel est la Direction Régionale de l’Eau (DIR Eau) qui représente le Ministère au niveau des régions.

Les DIR Eau sont donc consultées et informées de la teneur des projets et de leurs évolutions. Les échanges se font lors de réunions de coordination et via des visites de terrain ponctuelles lors d’inauguration d’ouvrages et de contrôle des réalisations ou pour validation dans la mise en place des approches.

Par ailleurs, le code de l’Eau Malgache stipule que:

  • L’approvisionnement en eau potable et l’accès à l’assainissement sont un service public communal et que le Ministère de l’Eau délègue la maîtrise d’ouvrage aux Communes,
  • L’eau est payante et les tarifs appliqués doivent d’une part tenir compte des capacités de paiement des usagers et d’autre part de permettre le recouvrement complet des coûts d’exploitation (que ce soit pour les points d’eau collectifs ou les branchements individuels),
  • L’exploitation peut être effectuée en régie directe ou déléguée à des gestionnaires par des contrats de gérance, d’affermage ou de concession.

En ce sens, les maires et leurs équipes communales sont donc nos interlocuteurs privilégiés. Notamment dans la mise en place de services de planification, suivi, gestion et maintenance des ouvrages.

Nous collaborons également avec les autorités traditionnelles et leaders locaux (chefs fokotany, communautés royales, tangalamena,…)

La fiche suivante disponible sur le site pratiques décrit un peu plus les institutions: http://www.interaide.org/pratiques/sites/default/files/1_doc_descriptif_de_la_dir_eau_ver_3.pdf

D’autres informations sont disponibles par les liens suivants:

http://www.mineau.gov.mg/

http://www.pseau.org/fr/madagascar